Les infirmières libérales sur tous les fronts ! 
 
N’en jetez plus la cour est pleine ! Et pourtant non, à chaque nouvelle sollicitation les infirmières libérales répondent présentes !
Nos patients, les nôtres, ceux qui font habituellement appel à nous, savent pouvoir continuer à compter sur nous en toutes circonstances, c’est notre quotidien.
Bousculée depuis le début de la crise sanitaire, la profession répond encore et toujours présente. Ça commence à se savoir, et nos tutelles habituelles, ministère et assurance maladie, entendent bien s’appuyer sur nos compétences pour accélérer la sortie de crise. 
Deux nouveaux sujets brulants : la vaccination et la visite domiciliaire de suivi d’isolement (VDSI).  
La Vaccination :

vaste sujet polémique sur tous les médias, mais chez nous non ! du pragmatique ! sur l’ensemble des centres de vaccinations les infirmières libérales se mobilisent, les plannings infirmiers pour les trois dernières semaines sont déjà remplis. 
Il n’y a pas assez de vaccins, les listes d’attente s’allongent et les médecins ne répondent pas forcément présents à hauteur de ce qui était attendu ou annoncé. 
Peut-être la consultation pré-vaccinale appelée de leurs vœux et de la HAS les occupent au-delà de ce qui était espéré, mais la mobilisation des médecins sur les centres de vaccination n’est pas pour l’instant à la hauteur des attentes et des annonces.  
 
La visite domiciliaire de suivi d’isolement. 
C’est un nouvel acte, important dans la stratégie de contrôle de l’épidémie ! 
Nous sommes les professionnels de santé les plus présents au domicile de nos concitoyens, et c’est naturellement à nous que les pouvoirs publics ont pensé pour optimiser les effets de l’isolement des patients COVID dès qu’ils sont identifiés comme tels. Il est en effet extrêmement important que cet isolement soit bien pensé et conduit pour qu’il soit le plus efficace possible.
Nous avons été contactés par l’agence régionale de santé pour explorer les possibilités techniques de mise en relation des patients isolés avec les infirmiers libéraux depuis les cellules de contact Tracing des caisses d’assurance maladie. Vous étiez déjà très nombreux à être inscrits sur la plateforme INZEECARE, portés par l’URPS infirmiers depuis plusieurs années ; c’est cette solution qui a été retenue et dupliquée sur 7 autres régions. 
Début de la campagne dès demain, et nous venons de finaliser ce jour seulement la convention de collaboration entre l’URPS et le CNAM, le courrier CNAM à destination des IDELS n’est pas encore dans vos boites aux lettres, les documents papier support de la visite ne sont pour beaucoup d’entre nous, pas encore dans nos cabinets, mais là encore il nous faut avancer à marche forcée. 
 
Vous êtes un peu perdus … Toutes les infos utiles :
Boite à outils mesures dérogatoires ici (les cotations, les majorations, les EPHAD, les SSIADS   date d’effet, de fin, modalités de facturation)  
la profession sortira grandie de cette crise, grace à vous ! les infirmières libérales y  auront  pris toute leur  part, surement plus que celle que nous prêtent encore les médias ! 

Prenez aussi soin de vous !

Patrice Thoraval 




Le confinement semble porter ses fruits en Bretagne... mais ! 


Chers collègues, 

Si les courbes des taux d’incidence et des taux de positivité fléchissent, si les hospitalisations en réanimation baissent, c’est loin d’être gagné et, période hivernale oblige le déconfinement généralisé n’est pas de mise. 

Comme nous vous l’annoncions il y a 15 jours (voir édito précédent au bas de celui-ci), les modalités de réalisation des tests antigéniques et les conditions d’éligibilité des patients ont tout récemment évolué. Vous trouverez un mode d’emploi de ces test actualisé au 19/11(ici).

Pour l’instant, dans notre région malgré tout moins touchée que d’autres l’utilisation de ces tests reste marginale, et je ne peux que vous répéter qu’une utilisation erratique hors du champ précis des préconisations, peut avoir des conséquences délétères importantes dans la stratégie de dépistage. En effet si ce test est efficace pour détecter des patients positifs, un résultat négatif ne doit pas faussement rassurer le patient. voir ici la doctrine régionale  

Surement nous devons nous tenir prêts à une utilisation renforcée lors de la phase de déconfinement, mais aujourd’hui le test RTPCR reste le test de référence, les délais de rendu de résultats sont aujourd’hui inférieurs à 48H pour plus de 90% des tests réalisés. 

Plus inquiétante, l’évolution de l’épidémie en EPHAD, avec des problèmes de ressources humaines, liés aux arrêts maladie des aides-soignants et des infirmières COVID+.

Si pour les Aides-soignants, la mobilisation des étudiants infirmiers permet de faire face, la ressource infirmière est plus rare. Nous savons parfaitement la charge de travail qui nous incombe déjà dans nos cabinets, nous ne pouvons pas ne pas relayer une demande d'aide quand l'URPS est alertée. 

Pour mémoire, et pour ceux qui auraient quelques disponibilités, nos interventions en EPHAD sont facilitées par deux mesures prorogées jusqu’à la fin de l’état d’urgence sanitaire : la facturation majorée à l’assurance maladie et la possibilité d’exercer en même temps que son remplaçant. C’est une possibilité peu utilisée dans le cadre de notre exercice, vous pouvez vous en emparer dans la mesure de vos disponibilités et celles de vos remplaçants, pour prêter main forte aux EPHAD en difficulté. 

Pour finir, les difficultés liées à l’instabilité des patients COVID sous oxygène et l’absence de saturation des hôpitaux sur notre région, nous laissent à penser que peu de patients atteints de forme graves ne bénéficieront de sortie précoce. Prudemment, et pour savoir faire face en cas de besoin, nous continuons néanmoins à travailler sur le sujet avec les hospitaliers et les médecins généralistes. Nous vous tiendrons informés de l’état d’avancement de ces travaux.

Dernière minute:
 De nouvelles mesures dérogatoires, negociées avec la CNAM  valorisant les prises en charge de patient COVID  viennent d'être publiées avec rétroactivité au 16/11 
A partir du 27 novembre nous est ouverte la possibilité, jusque là réservée aux seuls médecins,  de participer à la rescherche de cas contacts : le contact tracing modalités d'utilisation et et rénumération 

Prenez aussi soin de vous  

Patrice Thoraval,

Président  

2ème vague : plus rude que la première en Bretagne



Chers collègues, 
Nous y sommes !  Malgré des chiffres de l’épidémie plutôt en deçà des chiffres nationaux la Bretagne est bien touchée par la deuxième vague qui s’annonce plus rude et plus longue que la première.  

Le confinement actuel, plus léger que le premier, avec un virus circulant beaucoup plus qu’en mars avril, laisse présager une augmentation régulière des cas COVID et une saturation prévisible des capacités hospitalières et de réanimation pour les formes graves et sévères de la maladie.  

La campagne de vaccination bat son plein (voir ici fiche pratique VAG), et nous sommes tous fortement mobilisés dans nos patientèles, pas encore forcément pour des prises en charge COVID, mais cette saturation prévisible du secteur hospitalier doit nous inciter à nous organiser pour pouvoir faire face aux sorties d’hospitalisation anticipées, et à un maintien prolongé à leur domicile des patients COVID faute de place. 

Pour celles et ceux qui avaient précédemment mis en place des « tournées COVID »il faut d’ores et déjà les réactiver. Ce type d’organisation entre cabinets infirmiers d’un même secteur permet en effet, de mutualiser et d’économiser les EPI, et d’éviter d’exposer chaque jour, un plus grand nombre d’infirmiers aux patients confirmés COVID. Une demande de majoration spéciale Patient COVID a été adressée à la CNAM pour valoriser les actes pratiqués, visant à permettre d’amortir le coût des EPI nécessaires à la prise en charge de ces patients (voir ici l’ensemble des mesures dérogatoires existantes, nouvelles ou prorogées).  

Des protocoles de collaboration entre médecins généralistes et les iDELS pour la prise en charge de patients COVID grave à domicile sont en cours d’ élaboration, nous vous informerons des résultats de ces travaux. 

Pour l’instant, nous sommes essentiellement sollicités pour réaliser des tests RTPCR, dans nos cabinets, à domicile ou en collaboration avec les laboratoires sur des sites dédiés ou dans leurs locaux. Ces tests demeurent les tests les plus fiables et prioritaires, en effet les tests antigéniques qui viennent d’apparaitre, s’ils sont très fiables quand ils sont positifs, le sont moins si négatifs. Ils doivent donc être utilisés à bon escient c’est-à-dire dans le cadre d’un dépistage d’une population dont on n’attend pas de positivité. En sont donc exclus les patients cas contact, test au sein d’un cluster, et pour l’instant les patients de plus de 65ans ou à risque de forme grave (voir ici les modalités et obligations d’utilisation des tests et, ici accès aux fiches pratiques de traçabilité et de consentement du patient). 

Une évolution des conditions d’utilisation de ces tests est en cours de rédaction au ministère, nous mettrons   bien évidemment à jour la fiche correspondante.

En clair, pour l’instant les tests RTPCR restent la référence pour tester bon nombre de patients. En cas d’utilisation non pertinente, tous les patients négatifs devraient subir un deuxième test RTPCR pour confirmer leur négativité de manière plus fiable.  

L’utilisation de la plateforme de mise en relation INZEECARE entre d’une part les patients, les établissements de santé, les EPHAD, les dispositifs d’appui à la coordination, les HAD et d’autre part les infirmiers libéraux, est en forte hausse. si vous êtes déjà inscrit nous vous invitons à mettre vos profils à jour (soins COVID, test antigéniques, test RTPCR, renfort en EPHAD..), sinon il n’est pas trop tard pour le faire(cliquez ici)

Nous serons amenés à vous relayer des messages d’appel à l’aide d’établissements de santé ou d’HEPAD en grande tension, même si nous sommes parfaitement conscients, pour exercer comme vous la même profession, que seuls y répondront ceux d’entre nous qui le pourront ! 

Prenez aussi soins de vous ! Vous savez  prendre soins de vos patients …

Patrice Thoraval 

Président 
18 mars 2021

Commission régionale CPTS

12 mars 2021

Première rencontre régionale sur la santé des soignants bretons

11 mars 2021

COTECH Gécolib'

18 février 2021

Instance de Concertation Stratégique départementale (ARS, CD)

16 février 2021

2ème groupe de travail GECOVAX orientation Covid-19

16 février 2021

CA Gécolib'

11 février 2021

CARPEC ARS

04 février 2021

3ème comité régional de concertation sur la vaccination Covid-19

03 février 2021

1er groupe de travail GECOVAX orientation Covid-19

02 février 2021

Webinaire direct et replay VDSI

20 janvier 2021

signature de la convention CNAM/URPS déploiement de le VDSI via INZEECARE

19 janvier 2021

Rectorat d'académie/ tests antgéniques dans les établssements scolaires

14 janvier 2021

Webinaire suivi de l'isolement des patients Covid-19 par les IDEL

14 janvier 2021

Audio conférence ARS/professionels de santé;

13 janvier 2021

2ème Comité régional de concertation sur la vaccination Covid-19

18 décembre 2020

comité régional de sélection des maisons de santé pluriprofessionelles

04 décembre 2020

Assemblée générale GCS E-Santé

04 décembre 2020

Comité régional ONDPS/ zonage IDEL

04 décembre 2020

Intevention IFSI RENNES /3e Années/exercice libéral

03 décembre 2020

Conseil Administration GECOLIB

27 novembre 2020

Assemblée générale ordinaire en visio

17 novembre 2020

Réunion Inzee Care Mobil'e TY

03 novembre 2020

Copil inter-URPS